7 boulets

Mes Chers Compatriotes,

Avez-vous, comme moi, essayé de lire dans les 7 Boulets du Capital, jeudi soir ? Avec les 7 primates déprimés de la primaire. Et qu'avez- appris ? Comment dites-vous ? Rien ? Aaaaaah, vous voyez ! Quand vous voulez !

Les 7 mercenaires qui se prennent pour les 7 merveilles du Monde nous ont fait un numéro de rigolométrie dans l'espace vide qui a laissé songeurs même les physiciens les plus avertis.

Puisque le fond nous manque, voyons ce que nous a réservé la forme.

Jean-Frédéric Poisson (mais qui c'est ?) est à peine sorti de son bocal. Il a agité les branchies, égalité de temps de parole (si on peut dire) oblige. à noter que son coiffeur achète sa teinture au même endroit que celui de François Hollande (celui à 10 000 € mensuels).

François Fillon avait revêtu ses sourcils de combat, taillés à la débroussailleuse par McCulloch. Il les a vigoureusement agités pour nous expliquer qu'avec lui, on allait pas rigoler tous les jours. Vu ses scores d'intention de vote, on s'en tamponne le Cotillard, comme dirait Marion.

Nathalie Quoschu Koso Kézako... NKM donc, avait piqué le maquilleur de Christopher Lee quand il jouait Dracula. Dedieu, les yeux ! Je n'aurais pas aimé la croiser ce soir-là au coin d'un cimetière roumain. Amphètes en fait elle avait l'air fatigué par tant de boboseries

Bruno nous a un peu privés de renouveau. Outre le fait qu'il avait traditionnellement oublié sa cravate (même pas vrai, elle était au fond de sa poche, mais pleine de taches). Il nous a fait des yeux exorbités qu'il aurait pu prêter à Jean-Frédéric Poisson, ça aurait été bien assorti au bocal.

Nico La Secousse n'avait pas, contrairement au débat contre Ségo en 2007, été gavé de tranquillisants par son équipe. Il arborait donc le faciès avenant qui lui est coutumier, yeux enfoncés (eux aussi), moue tressaillante, roulements d'épaules et sourcils sauteurs. Il avait malheureusement l'air de revenir d'un enterrement : le sien, dommage... On se demande s'il est arrivé à refermer le parapluie qu'on lui avait collé où vous savez...

Alain Juppé a bien résumé lui-même sa prestation : "J'ai fait une bonne introduction et une bonne conclusion, et entre les deux, je n'ai pas dit de conneries". Bien joué, tout le monde ne peut pas en dire autant. Dommage qu'il ait mis le costume que son père avait acheté en 1956. Ce n'est pas que ça fait vieux, mais bon !

Eh bien voilà, on a fait le tour ! Comment dites-vous ? Copé ? Aaaah oui, évidemment ! Si on chipote, alors...

Bon ! C'est l'heure du manger, et là, ça n'attend pas.

Bien à vous,

Jacques