Le Blog du Chi

25 avril 2017

Du sang neuf (enfin, faut voir...)

 

Jesus SarkoMes Chers Compatriotes,

Je n'ai pas besoin de vous rappeler le résultat du premier tour de l'Érection Pestilentielle, vous l'avez en tête : la petite peste contre la colérique, Guignol contre Gnafron. Maintenant, c'est à vous de décider qui fera s'envoler vos impôts et dégringoler vos (déjà maigres) retraites.

Ce Brahim, examinons la situation du paysage politique : l'acte de décès du PS, signé depuis belle burette lurette par François Hollande, a débouché sur l'incinération de ses ruines. Benoît Hamon et Jean-Christophe Cambadélis ont craqué l'allumette.

Du côté droit, Ulysse (le mari de Pénélope), a renoncé à être le rassembleur des troupes en déroute, en vue du troisième tour : les législatives, qui sont pour eux le dernier recours avant que le Titanic Républicain embrasse l'iceberg.

Alors, que reste-t-il des possibilités de Catharsis pour ceux qui l'ont dans le Fillon ? Eh bien, il y a eu aujourd'hui un pow-wow au siège des Républicains. Tous ceux qui se pensent importants et indispensables étaient là. Ils se sont fendu la gueule à la hache d'abordage ont eu de légers différents. Chacun voulait être le sauveur de l'humanité droitière, et, eu égards au fait qu'ils ont à eux tous le charisme d'une huître pas fraîche, il a fallu penser à un Lider Maximo universellement reconnu. C'est alors que l'albinos Brice Hortefeux a commencé à avancer les pions d'un homme neuf. Un partisan d'une rupture avec le système ! Un sang neuf dans les artères du pouvoir : Nicolas Sarkozy !

Ça fait peur ! Ce garçon est stupéfiant ! Les français lui ont dit NON deux fois (trois, si on compte le référendum de 2005). NON est un mot assez simple : trois lettres, dont deux identiques. Alors, quelle est la partie qu'il ne comprend pas ? Le N, ou le O ?

On parie qu'il va se laisser porter en avant, du genre "puisque vous insistez..." Convenons de l'appeler "le boomerang" : plus on le jette, plus il revient.

Bien à vous,

Jacques

Posté par JChirac à 18:52 - Commentaires [3] - Permalien [#]


22 mars 2017

On a la télé que l'on mérite

TV

Mes Chers Compatriotes,

Ceux d'entre vous qui ne sont pas aveugles et sourds à la fois, ni complètement abrutis (d'accord, là, ça limite un peu...), ont certainement entendu dire qu'il y avait eu quelques bisbilles autour du Parlement Britannique Anglais du Royaume-Uni.

Bien entendu, les chaînes télévisuelles dites "d'information permanente" (celles qui ne vous apprennent rien 24h sur 24), se sont ruées vers l'or que leur rapporte les pubs qui entrelardent leurs prétendus "journaux".

J'étais aux aguets, et je vous livre l'essentiel de l'édition spéciale animée sur une des chaînes susdites par Marinette Chipouya et Gustave-Raoul Lachiasse (un minet dont la barbe blondinette soigneusement tondue à 3 jours n'arrive pas à dissimuler le regard bovin).

-          Eh bien, partons tout de suite rejoindre notre correspondant local sur place : Fulgence Choupinet. Fulgence, que pouvez vous nous dire sur cet évènement couvert en exclusivité par notre chaîne ?

-          Eh bien, Gustave-Raoul : rien. Il semblerait qu'il soit possible qu'éventuellement peut-être il se soit passé dans le bâtiment que vous ne voyez pas derrière moi, un problème potentiel dont nous ne savons encore rien, sans garantie.

-          Eh bien, je comprends, Fulgence. Que vous ont dit les autorités présentes sur place ?

-          Eh bien, elles sont sur place, mais pas moi. Un cordon policier refuse de répondre à la soif de savoir de nos téléspectateurs en nous interdisant l'accès au site où on ne sait pas s'il s'est passé quelque chose. Je ne peux donc rien vous dire à l'heure actuelle du jour d'aujourd'hui.

-          Eh bien merci Fulgence, n'hésitez pas à intervenir dès que vous n'en saurez pas davantage. C'était Fulgence Choupinet, en direct d'un lieu non précisé, proche de l'évènement éventuel. Et maintenant... ah mais, on me dit que Fulgence Choupinet nous rappelle de Londres... Du nouveau, Fulgence ?

-          Eh bien oui, effectivement, Gustave-Raoul. Le porte parole de la Police locale d'ici là où nous sommes, nous signale que le témoignage du cousin de la concierge d'un témoin qui se trouvait à 12 kilomètres des lieux, confirme qu'on ne sait rien.

-          Eh bien, merci Fulgence pour ces précieuses précisions complémentaires autant que supplémentaires. Autre chose, Marinette ?

-          Eh bien oui, Gustave-Raoul, une source policière britannique qui n'a pas souhaité s'exprimer, nous signale qu'il n'y a rien à signaler.

-          Eh bien, Marinette, merci pour ces précisions. Ainsi se termine ce journal permanent. Rendez-vous dans notre prochaine édition, dans 12 secondes.

Çà, c'est du journalisme ! Comme on aimerait en voir moins souvent... Mais, tant que vous les regarderez, ça continuera... On, a les journalistes qu'on mérite.

Bien à vous,

Jacques

Posté par JChirac à 19:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2017

Quand je dirai ça à ma femme...

Columbo fillon

Posté par JChirac à 15:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 mars 2017

Ca déglingue sec !

Posté par JChirac à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2017

Théo et des bas

Theo hollande

Posté par JChirac à 12:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 novembre 2016

L'année sainte commence

pape 6

Juppe-Fillon

Posté par JChirac à 10:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2016

L'hiver électoral arrive

Pere noel

Posté par JChirac à 10:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2016

Make America Duck again

Donald2

Posté par JChirac à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2016

Pains au Chocopé

Pain choc 1

Posté par JChirac à 17:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2016

Primaire déprimante

7 boulets

Mes Chers Compatriotes,

Avez-vous, comme moi, essayé de lire dans les 7 Boulets du Capital, jeudi soir ? Avec les 7 primates déprimés de la primaire. Et qu'avez- appris ? Comment dites-vous ? Rien ? Aaaaaah, vous voyez ! Quand vous voulez !

Les 7 mercenaires qui se prennent pour les 7 merveilles du Monde nous ont fait un numéro de rigolométrie dans l'espace vide qui a laissé songeurs même les physiciens les plus avertis.

Puisque le fond nous manque, voyons ce que nous a réservé la forme.

Jean-Frédéric Poisson (mais qui c'est ?) est à peine sorti de son bocal. Il a agité les branchies, égalité de temps de parole (si on peut dire) oblige. à noter que son coiffeur achète sa teinture au même endroit que celui de François Hollande (celui à 10 000 € mensuels).

François Fillon avait revêtu ses sourcils de combat, taillés à la débroussailleuse par McCulloch. Il les a vigoureusement agités pour nous expliquer qu'avec lui, on allait pas rigoler tous les jours. Vu ses scores d'intention de vote, on s'en tamponne le Cotillard, comme dirait Marion.

Nathalie Quoschu Koso Kézako... NKM donc, avait piqué le maquilleur de Christopher Lee quand il jouait Dracula. Dedieu, les yeux ! Je n'aurais pas aimé la croiser ce soir-là au coin d'un cimetière roumain. Amphètes en fait elle avait l'air fatigué par tant de boboseries

Bruno nous a un peu privés de renouveau. Outre le fait qu'il avait traditionnellement oublié sa cravate (même pas vrai, elle était au fond de sa poche, mais pleine de taches). Il nous a fait des yeux exorbités qu'il aurait pu prêter à Jean-Frédéric Poisson, ça aurait été bien assorti au bocal.

Nico La Secousse n'avait pas, contrairement au débat contre Ségo en 2007, été gavé de tranquillisants par son équipe. Il arborait donc le faciès avenant qui lui est coutumier, yeux enfoncés (eux aussi), moue tressaillante, roulements d'épaules et sourcils sauteurs. Il avait malheureusement l'air de revenir d'un enterrement : le sien, dommage... On se demande s'il est arrivé à refermer le parapluie qu'on lui avait collé où vous savez...

Alain Juppé a bien résumé lui-même sa prestation : "J'ai fait une bonne introduction et une bonne conclusion, et entre les deux, je n'ai pas dit de conneries". Bien joué, tout le monde ne peut pas en dire autant. Dommage qu'il ait mis le costume que son père avait acheté en 1956. Ce n'est pas que ça fait vieux, mais bon !

Eh bien voilà, on a fait le tour ! Comment dites-vous ? Copé ? Aaaah oui, évidemment ! Si on chipote, alors...

Bon ! C'est l'heure du manger, et là, ça n'attend pas.

Bien à vous,

Jacques

 

Posté par JChirac à 19:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]