Hollande Evzone

Mes Chers Compatriotes,

Voyez-vous de quoi a l'air le drapeau grec ? Oui ? Dessus, il y a une... une ? uuuune...  Une croix, oui bravo ! Vous voyez quand vous voulez (quel dommage que vous ne vouliez pas plus souvent...).

Eh bien, cette croix, c'est celle que vous pouvez faire sur le brouzouf que les grecs vous ont chouré remboursement de la dette hellène. J'imagine que vous faites partie des andouilles fins analystes qui suivent fidèlement les rigolos journalistes et les retraités alzheimeriens "experts" auto-proclamés qui s'interrogent sur la façon dont la patrie de Socrate, d'Aristote et de Démosthène va multiplier par mille sa production d'olives dénoyautées, de feta et de feuilles de vignes farcies pour nous apporter – leurs yeux si sensuels remplis de larmes de gratitude – un chèque conséquent (en bois d'olivier, le symbole local).

Moui, moui, moui... Ca fait longtemps que vous n'avez pas vu le Père Noël ? Pourtant un signe qui ne trompe pas aurait dû vous mettre la puce. Monsieur Pras – prénom : Alexistsi – a organisé un référendum "Nai ou Oxi". "Oxi" veut dire non et "nai" veut dire oui. Quand on sait que pour dire oui les grecs secouent la tête de gauche à droite, et que pour non ils la hochent de bas en haut, on peut s'interroger sur la clarté du scrutin aux yeux des observateurs extérieurs.

Mais on fait toute une feta des résultats du référendum sus-cité. Le grecs ont massivement répondu "NON", pour dire "on veut bien de l'Europe, mais pas de celle-là". Là-dessus, Monsieur Pras leur a dit "vous avez été clairs, c'est NON. Mais finalement ce sera OUI, on vous baisera quand même fera les réformes voulues par nos créanciers, et contre votre gré".

"Ah mais, sont ils ploucs ruraux tout de même ces hellènes !" Vous êtes-vous aussitôt dit dans votre Ford intérieure.

Vi, vi, vi, certainement... Et ça ne vous rappelle rien ? Un pays surendetté qui a voté NON au traité de Lisbonne en 2005 pour dire : "on veut bien de l'Europe, mais pas de celle-là". Et dont le Président fraîchement élu n'a eu de cesse que de courir à Berlin bisouiller la Grosse consulter la Chancelière pour faire ensuite passer en force le Traité par des parlementaires à sa botte. Non ? Rien ? Ah bon...

Ce Brahim, pour reprendre l'excellent titre du Canard Enchaîné : "Avec le grec, on n'en Zorba".

Bien à vous,

Jacques

P.S. : Si vous êtes sages, il y aura peut-être une suite ce week-end.