YESWECONNESMes Cher Compatriotes,

 

Personne n'y croyait plus depuis Ségolène ! Le PS a (enfin) publié un programme ! Bien entendu, vu ce qu'il est réaliste, ça ne fait pas la différence du siècle. Mais, quand même, il a le mérite d'exister (essentiellement dans la tête de rougeaude de Lille, mais bon).

Je vous le reproduis ci-dessous, sans en changer une broque un iota. Juste avec des commentaires en bleu.

 

1.) Pour muscler la compétitivité de la France: une banque publique d'investissement

Youpi ! E avec quels sous, je vous prie ? Je vous rappelle que les banques n'ont qu'un argent : le vôtre. Ça nous annonce un emprunt obligatoire genre sécheresse 1976, qui vous sera remboursé vers 2097. Votre famille pourra changer votre pierre tombale.

 

2.) Pour relancer l'investissement : une modulation de l'impôt sur les sociétés.

A la hausse, on parie ? L'argent de ces chiens verts à foie jaune d'employeurs servirait à créer des emplois jeunes ? Par "modulation" il faut toujours comprendre "hausse".

 

3.) Pour que l'Europe puisse innover : des emprunts européens pour le futur.

Voir le 1), mais à l'échelle européenne. Ne pas oublier l'échelon régional, départemental et municipal. Ouille ! Comme ça vous aurez à rembourser la dette nationale ET européenne.

 

4.) Pour l'emploi des jeunes : 300 000 emplois d'avenir.

N'est-il pas un peu gonflé exagéré d'appeler "emplois d'avenir" des CDD non renouvelables, payés au lance-pierre et avec un statut d'esclave ?

 

5.) Pour protéger les salariés : dissuader les licenciements boursiers.

Ouiiii ! C'est bien ! Mais comment fait-on ? Le "licenciement boursier" étant difficile à discerner de celui destiné à permettre à l'entreprise de sauver sa peau, de revenir à un EBE positif et donc de continuer à avoir des salariés.

 

6.) Pour protéger les intérêts de l'Europe, de ses savoir-faire et de ses salariés dans la mondialisation : des droits de douanes modulables.

Ça c'est une bonne idée, mais on va hurler au protectionnisme. Bof ! Laissons hurler.

 

7.) Pour réduire l'endettement de la France: réaffecter la moitié de nos marges financières.

Lesquelles ? Je croyais que nous étions ruinés. Ou alors, nous réaffecterons des marges négatives. Et à qui cela va-t-il couter du brouzouf ? A vous ! Oui, bravo ! Si on vous réaffecte une marge de moins 2 000 euros par tête, je crains le pire pour vos poches.

 

            Ce Brahim, nous avons assez ri pour aujourd'hui. J'ai une andouillette au four Alors épongez vos larmes et rendez-vous à demain pour d'autres traits d'esprits Solférino-Aubriens.

 

            Bien à vous,

 

            Jacques