rue_paveeMes Chers Compatriotes,

Ce n'est pas pour me vanter, mais depuis que l'agité du bocal Nicolas est à l'Élysée, il fait un temps daubé très moyennement souriant. En conséquence, nous nous limiterons aujourd'hui à analyser quelques dépêches, puis nous rentrerons dans nos tanières respectives pour mijoter quelques nourritures terrestres (chères à notre regretté compatriote André Gide) et roboratives (burp !) :

Nouvelle rue : Je voudrais tout d'abord saluer le dynamisme de la municipalité de Saint Gengoux le National (Saône-et-Loire) qui a dédié une rue (voir plaque) à tous les candidats malheureux aux élections - Présidentielle et Législatives - ces mecs si cons sombres héros.

Andouille encore : "Ségolène Royal sent intimement"… Beeûûûrk !... Ah non, pardon ! "sent intimement qu'elle peut devenir présidente". Ouf ! J'ai eu peur ! Tant dit que - là - je suis rassuré. Surtout qu'elle "publiera à la rentrée l'autocritique de sa campagne présidentielle". Voui, voui, voui, voui, voui… C'est curieux, mais je pense que la critique sera très peu "auto". J'ai déjà eu quelques fuites du futur Goncourt Ségoloïde, c'est plutôt du genre "y z'ont fait rien qu'à m'embêter". Pas que ce soit une grande nouvelle, mais - pour les prix littéraires - c'est peut-être ce qui fera la différence. Une enfance thénardesque, suivie d'un harcèlement éléphantesque, peut vous coller un prix à la Star-Ac', on croirait pas… Si - en plus - elle était africaine, sans papiers, handicapée et homosexuelle… le Nobel direct !

Elle a - d'autre part - évoqué "les dissensions internes au PS, qui ont constitué 'le principal point de faiblesse' de sa campagne et qui ont perduré après la défaite". Ben tiens ! Ça c'est de l'autocritique ! Une autre citation "Je n'ai pas entendu d'autres candidats battus subir ce type d'attaques". Je vais lui envoyer le numéro de portable de Giscard...

Et je lis à l'instant dans les bonnes feuilles de la Presse : "le P.S. se donne un an pour comprendre l'échec de Royal"… Ça s'ajoute ou ça se retranche des cinq ans qu'ils ne se sont pas donnés pour ne pas comprendre l'échec de Jospin ?

Bien à vous,

Jacques

   

P.S. : Demain "Inquisition".